︎

Entre 2012 et 2016, l’artiste entreprend une recherche et une étude photographique longue et minutieuse qui se concentre sur l’histoire des différents acteurs politiques des années de plomb marocaines .
A partir des années soixante-dix, le Maroc a connu une longue période de répression politique, d’arrestations, de disparitions forcées, d’enfermements, de tortures... Les principales victimes de cette danse macabre menée par les autorités marocaines ont rapidement attirés la curiosité de l’artiste.

Wiame Haddad photographie entre 2012 et 2016 ces femmes et hommes (souvent des anciens militants de groupe d’extrême gauche, communistes ou marxistes léninistes) qui ont été parfois très longuement enfermés pour leurs idées, et leur impertinence face au pouvoir. La tension qui se révèle peu à peu dans les corps que Haddad rencontre entre en alchimie avec la matière qu’elle met en scène dans ses photographies, et donne naissance à une série de quinze photographies,
Ceux qui restent.





Ceux qui restent @ The Greenhouse Casablanca

Réplique du commissariat de Derb Moulay Cherif, Hay Mohammadi, Casablanca

Avec L’atelier de l’Observatoire
Curatrices  Nouha Ben Yebdri & Léa Morin



Qalqalah قلقلة : plus d’une langue

Exposition Collective au CRAC Centre Régional d’Art Contemporain d’Occitanie

Avec

Lawrence Abu Hamdan, Sophia Al Maria, Mounira Al Solh, Noureddine Ezarraf, Fehras Publishing Practices, Benoît Grimalt, Wiame Haddad, Vir Andres Hera, institute for incongruous transla- tion (Natascha Sadr Haghighian et Ashkan Sepahvand) avec Can Altay, Serena Lee, Scriptings #47 :Man schenkt keinen Hund, Ceel Mogami de Haas, Sara Ouhaddou, Temporary Art Platform (Works on Paper).


Curatrices Virgine Bobin & Victorine Grataloup. Photographie de Marc Domage